Appel à projets pour de «l’accompagnement» en logement 14,5 M$ millions distribués en catastrophe – Fédération des OSBL d'habitation de Montréal
514-527-6668
info@fohm.org

Nos nouvelles

Appel à projets pour de «l’accompagnement» en logement 14,5 M$ millions distribués en catastrophe

La plupart de nos membres ont reçu la semaine dernière l’annonce de deux appels à projets. Un pour faire de « l’accompagnement » en logement social et communautaire, transitoire et/ou permanent, et un autre, en logement privé, via l’approche Stabilité résidentielle avec accompagnement (SRA), de la part du CIUSSS du-Centre-Sud-de-l ’Île-de-Montréal.

Nous sommes très heureux, qu’enfin, de nombreuses personnes en situation d’itinérance, ou à risque de l’être, pourrons bénéficier de services contribuant à une meilleure qualité de vie pour eux.

Nous déplorons cependant plusieurs aspects de cette distribution des fonds lancée en catastrophe. Tout semble sans aller tous azimuts, sans grande logique. Pour l’appel en logement social, on parle d’accompagnement sans en avoir une définition. Qu’attend-on exactement des organismes qui vont déposer ? Les documents de l’appel copient littéralement les activités du Cadre de référence sur le soutien communautaire en logement social (SCLS), et y accolent, à la place, le mot « accompagnement ». On ne sait pas non plus ce qui sera demandé en reddition de compte ni quelles preuves de résultats ne seront attendues. De plus, alors que plusieurs frais peuvent être réclamés en logement privé (par exemple, des frais de réparation des logements et l’aménagement en logement et les frais connexes), ce n’est pas possible en logement social. Comme si les OSBL en habitation ne rencontraient pas ces situations, ou disposaient de budget pour y faire face…

Alors que depuis des années tout le secteur de l’habitation sociale, toutes tenures confondues, demande des ajouts de fonds substantiels pour couvrir les besoins de base de soutien communautaire en logement au Québec, on nous annonce des sommes uniquement destinées à l’itinérance pour de « l’accompagnement», laissant en plan de multiples projets de logements qui n’ont jamais reçu de fonds ou qui n’ont eu que des miettes.

À cela s’ajoutent des délais absurdes : les demandes doivent être déposées avant le 26 juin (donnant 11 jours ouvrables). Les projets seront « analysés » et les lettres d’attribution envoyées aux organismes avant le 30 juin par le CIUSSS en 4 jours. Ces délais imposent aux organismes et au CIUSSS de travailler dans un laps de temps si court qu’il est difficile de ne pas le voir comme un manque de respect pour les organismes communautaires. Une demande de délai du CIUSSS au MSSS a été carrément rejetée.

Où était l’urgence, à part dans les échéances électorales du premier ministre qui a demandé à ses ministres de ne plus faire d’annonce après le 30 juin ?


Déjà, fin mars dernier, on nous avait servi le même scénario, où de l’argent pour du soutien communautaire en itinérance qui devait être attribué, encore en catastrophe, avant le 31 mars, a été distribué sans appel à projets, ni réelle réflexion du Comité régional sur le soutien communautaire.

On piétine ainsi tout le travail de concertation patiemment construit depuis des années par les acteurs du milieu pour asseoir une pratique et assurer son développement. Avec le nouveau Cadre de référence en SCLS qui vient tout juste d’être lancé, nous avions de plus gagné l’obligation pour chaque CIUSSS de mettre en place des comités de concertation régionaux sur le soutien communautaire. Alors qu’à Montréal, nous étions un exemple reconnu en la matière au Québec, le Comité est presque devenu accessoire.

Habituellement, les membres du Comité régional, dont la FOHM fait partie depuis sa mise sur pied, s’assurent que les processus et les fonds soient distribués de façon équitable et répondent aux besoins du milieu. Une analyse et une planification des besoins ont même été réalisées par le comité et transmises au MSSS lors du bilan du Cadre de référence. Dans ce cas-ci, la FOHM ne peut appuyer le processus bâclé et ce simulacre de partenariat avec le MSSS qui est devenu intenable dans ces conditions.

Nous ferons des représentations auprès du MSSS pour défendre nos pratiques en logements autant permanent que transitoire, ainsi que l’équité et les besoins du milieu.

Chantal Desjardins

Directrice générale